« Too often JRPGs convey information using dialogue instead of communicating information through mechanics. Too often characters are only understood by the player because they discuss their histories and goals and motivations out loud, instead of allowing their actions to speak for them. Too often JRPGs have plots so byzantine and mythological that they can only be explained through exposition, as opposed to understood naturally by exploring the story through play. This is a big problem that a lot of JRPGs have« 


cloud

L’image présentée ici a quelque peu réveillé ma curiosité. Les joueurs le savent, Cloud a des problèmes de mémoire dus à aux expériences du professeur Hojo dans le manoir Shinra de Nibelheim, bien avant le début du jeu. Cloud et Zack, son compagnon avec lequel il a subit les expérience, réussirent par la suite à s’enfuir du complexe Shinra. Il se dirigèrent vers Midgar, centre névralgique du jeu, sorte de ville incarnant le rêve américain : quiconque s’y dirige pourra trouver du travail. Mais Midgar est aussi la ville où siège la Shinra. Ainsi les miliciens de la société d’armement militaire attendaient Cloud et Zack aux abords de la ville. C’est le passage si dramatique, après le trauma de la mort d’Aerith, où meurt Zack dans d’horribles circonstances. Cloud, laissé en vie car considéré comme trop faible pour survivre, survit malgré tout. On assiste alors à la scène où Zack transmet « son héritage » : l’Épée Broyante qu’Angeal lui avait transmis ainsi que ses valeurs. Cloud accepte. Il se dirige vers Midgar et c’est le sacro-saint début de Final Fantasy VII. Plus tard dans le jeu, ses paroles seront remises en doute par ses compagnons alors qu’il leur raconte son passé, dans la ville de Kalm en périphérie de Midgar. Dès lors, il remet en question lui-même son existence. Qu’a-t-il vécu, quelle part de ses souvenirs appartiennent à Zack ? A partir de cet instant précis du scénario, la mémoire de Cloud en prend un coup, et toute sa psychologie se dévoile. Mais quelle est-elle ?

L’Enfance de Cloud : une âme détruite

Cloud a vécu une enfance quelque peu traumatisante. Son comportement d’adulte peut être expliqué par Joseph Campbell ou encore Siegmund Freud. Manquant de connaissances concernant ce dernier, je m’attarderais sur le premier. Campbell explique dans son ouvrage Le Héros aux Mille et Un Visages qu’un Héros, pour partir à l’aventure de façon saine, doit avoir avec lui (de façon directe ou imagée), l’aide des Parents, sortes de divinités. Le père est le centre des confrontations que le fils devra surmonter afin de réussir sa quête, et la mère offre une protection à travers la personnalité de Gaïa, la Mère-Nature protectrice. On n’a aucune notion du père de Cloud, prenons alors le parti qu’il ne l’a jamais connu. En revanche, Jénova (aka Sephiroth) fait office de figure paternelle. En effet, Sephiroth, en principal antagoniste, a motivé Cloud durant son enfance, comme un enfant voudrait ressembler à son père. Ainsi, lors de son enfance à Nibelheim, il entend parler de Sephiroth comme étant le SOLDAT le plus puissant, sorte de divinité invincible qui fait la fierté de la Shinra. Dès lors, Cloud obtient son but dans la vie : intégrer les forces armées de la Shinra et obtenir son entrée au SOLDAT afin de ressembler à Sephiroth, ce père qu’il n’a jamais eu. De façon un peu candide, Cloud tiendra à Tifa la promesse qu’une fois dans le SOLDAT, il la défendrait coûte que coûte. On voit ici les prémices du complexe d’infériorité de Cloud. Il veut absolument ressembler à Sephiroth, sorte de « béatitude sociale ». En ce sens, Sephiroth est présenté comme un modèle et non comme un rival, ce qui sera le cas plus tard, pour enfin par la suite devenir l’antagoniste, sous les traits de Jénova. Et si Jénova utilise la forme de Sephiroth, ce n’est pas pour rien, mais nous y reviendrons. Les camarades de Cloud à Nibelheim sont aussi les catalyseurs de ce sentiment d’infériorité. Ce qui confirme ce propos, ce sont les lignes de dialogues suivantes, lors du passage de Cloud et Tifa dans la Rivière de la vie :

Cloud : “You were all childish, laughing at every little stupid thing.”

Tifa : “But we were children back then.”

Cloud : “…. I know, I’m the one that was stupid. I really wanted to play with everyone, but I was never allowed into the group. Then later… I began to think I was different… That I was different from those immature kids.”

On voit ici que Cloud était beaucoup plus mature que ses camarades du même âge, ce qui explique pourquoi il était tenu à l’écart. C’est cette mise à l’écart qui perturbe les pensées de Cloud. Pour un enfant, ne pas faire partie de la bande d’enfant du quartier revient à être mis à l’écart de la société toute entière. Pour un enfant, ne pas faire parti du monde revient à mourir. Et un enfant n’existe que s’il est considéré par ses pairs et ses parents. Or nous l’avons vu, le père de Cloud est absent et sa mère décédera très tôt. Ceci explique pourquoi Cloud tient tant à rejoindre Sephiroth. C’est pour lui la motivation de s’élever socialement et surpasser ainsi ses camarades qui se moquaient tant de lui. Et ce dans l’unique but égocentrique de leur prouver qu’il pouvait réussir mieux qu’eux, malgré les railleries.

Lors d’une visite de routine à Nibelheim, alors que Cloud a rejoint l’infanterie militaire de la Shinra, Sephiroth qu’il accompagne met le feu à la ville. La mère de Cloud décède dans cet incendie, et le Sephiroth-modèle devient alors le Sephiroth-rival. Cloud ressentira une haine vers l’homme qu’il avait jadis admiré. Sa vie s’écroule : sa mère meurt dans l’incendie et son « père », Sephiroth est mort lui aussi. Sephiroth meurt sur deux niveaux. Premièrement, de façon métaphorique par son changement radical de comportement. Le Sephiroth que Cloud admirait auparavant en tant que SOLDAT exemplaire meurt lorsqu’il apprend ses origines, et que la folie le gagne. Il se prend pour un Dieu car il porte en lui le bagage génétique de Jénova, un extra-terrestre surpuissant. Cloud se confronte alors avec Sephiroth, c’est la neuvième étape du voyage du Héros de Campbell qui est mis en exergue ici, la confrontation avec le père du Héros. Il réussit dans un Tour de Force à tuer Sephiroth en le faisant tomber dans la Rivière de la vie. Sephiroth meurt pour de bon, et Cloud est ainsi libéré d’un lourd fardeau. Il a rendu justice à sa mère et toutes les personnes décédées dans l’incendie. Mais Cloud est encore très jeune à cet instant de sa vie, il a à peine 16 ans.

Le lien entre Cloud et Jénova

Sachant que Cloud a baigné dans une cuve de Mako pendant presque 5 ans, sa mémoire se voit altérée. Ce qu’il faut savoir, c’est que Cloud, contrairement a ce qui est pensé n’a pas reçu les cellules de Jénova avant de se faire enfermer. En effet, il n’a jamais intégré le SOLDAT. Et c’est en accédant au SOLDAT que l’on subit ce traitement. Cloud a eu le droit à sa cure de Mako pour augmenter ses capacités, sans oublier son bain de 5 ans et les expériences du professeur Hojo. C’est au cours de ces expériences qu’Hojo a inoculé les cellules de Jénova à Cloud. Quel était le but de cette expérience ? On ne le sait pas. Etant donné que sa cuve était reliée à celle de Zack, alors voisine, leurs souvenirs ont aussi été mélangés. Ainsi croit-il avoir appartenu au SOLDAT alors qu’il n’en est rien. Comme dit précédemment, c’est à partir du flashback de Kalm que Cloud va remettre son passé en question. Et c’est à partir de ce moment clé du scénario que le flou se créé. Cependant, les moments où Jénova prend contrôle de Cloud sont certainement les plus importants du jeu. Un de ces moments clé se situe à la Cité des Anciens, juste avant la mort d’Aerith. Lorsque que Cloud et son groupe de compagnons pénètrent dans le bâtiment où prie Aerith, Cloud décide de la rejoindre, et insiste pour être seul. Jénova, qui n’est pas loin, en profite pour prendre le contrôle de Cloud afin d’assassiner Aerith. Le contrôle de Cloud est laissé au joueur, à la seule différence qu’on ne peut plus accéder aux menus ni se déplacer : le contrôle de Cloud est restreint à ses mains. On articule alors Cloud qui se bat contre l’invasion de Jénova. Inexorablement, Cloud sortira son épée, mais c’est à cet instant fatidique que les compagnons de Cloud arriveront pour l’arrêter. Par la suite, Jénova qui ne souhaite pas rester sur un échec, descend et assassine elle même Aerith. On n’est jamais mieux servi que par soi-même. A plusieurs autres reprises (avant ou après cet exemple), Jénova prendra le contrôle de Cloud. Si Jénova peut prendre le contrôle de Cloud, c’est grâce aux cellules que lui a injecté Hojo, lorsqu’il était dans la cuve de Mako. Ainsi, il existe un lien très proche entre Jénova et Cloud. Ce lien est retranscrit dans l’écriture de la musique. Et ce lien musical est la preuve que contrairement à ce que beaucoup de joueurs pensent, Sephiroth est bel et bien mort lors des événements de Nibelheim 5 ans avant le jeu. L’explication du lien musical entre Cloud et Jénova sera expliquée dans un autre article.


Mais alors, pourquoi voit-on Sephiroth et non Jénova ?

Lors du passage au Labyrinthe Tornade, Jénova lui explique qu’elle a le pouvoir de prendre l’apparence de n’importe qui :

« La capacité de modifier l’aspect, la voix et les paroles de quelqu’un, c’est là le pouvoir de Jénova. »

Ceci étant, cela n’explique en rien pourquoi c’est particulièrement la forme de Sephiroth que revet Jenova. Si l’on se penche serieusement sur la question, Jenova a toutes les raisons de se manifester en Sephiroth. Comme exposé précédemment, Cloud voue une haine particulière envers Sephiroth. Le simple fait de croiser la route de Sephiroth alors que Cloud l’a tué avant de se faire capturer par Hojo à Nibelheim, réveille sa curiosité. Plus encore, cela ne le rend pas que curieux de savoir comment il peut de nouveau croiser sa route, cela réveille aussi sa colère. Pour tout au monde, il voudrait, encore une fois, détruire Sephiroth. Et Jenova va en profiter. Sachant que Cloud possède en lui son patrimoine génétique, elle est prévenu qu’elle pourra, le moment voulu, le contrôler. Pire encore, Jenova ne fait pas que contrôler Cloud, elle le torture. Elle essaye d’assassiner Aerith en le contrôlant, et malgré l’échec, tue elle-même Aerith devant les yeux de Cloud. Au Temple des Anciens, après tous les efforts que Cloud et ses compagnons ont déployés pour obtenir la Materia Noire avant Jenova, elle contrôle Cloud afin qu’il lui donne la Materia. Elle aurait bien pu user d’autres stratagème pour arriver a ses fins, mais elle prend visiblement un malin plaisir à embrouiller Cloud. Cette confusion imposée à Cloud par Jénova est elle aussi retranscrit musicalement dans le Main Theme – Final Fantasy VII.

Aerith, la Déesse Mère protectrice.

Comme dit au début de cet article, le Héros part à l’aventure aidé de son père et de sa mère. La mère de Cloud étant décédée très tôt, c’est Aerith qui prend le relais. On peut voir ici un exemple très imagée du complexe d’Oeudipe, car c’est avec Aerith qu’il nouera la plus grosse histoire d’amour. L’exemple le plus flagrant de cet amour naissant est la séquence de la gondole au Gold Saucer, soutenue par le très mélancolique Words Drowned By Fireworks. Il est possible de ne pas sortir avec Aerith lors de ce passage, puisque le jeu propose au joueur d’avoir rendez-vous avec Barret, Tifa, Youffie si elle est dans le groupe ou Aerith. Le personnage qui accompagnera Cloud est déterminé par tout un tas de paramètres en fonction des actions du joueur lors des dialogues et autres mécaniques du jeu. Cependant, c’est Aerith qui possède le plus gros avantage. Ainsi est-il possible de penser que c’est ce passage qui est canon au scénario du jeu. C’est l’amour de Cloud envers Aerith, certainement des restes inconscients de l’amour de Zack, qui motivera Cloud a continuer l’aventure. Car à plusieurs occasions, il remettra en doute sa capacité à affronter Jénova. Retentit alors à chaque reprise le trop entendu Aerith Theme, sous sa forme brute ou arrangée dans un autre morceau (Flower Blooming in The Church en tête de liste). Mais là où Aerith incarne pleinement l’entité de Gaïa (la déesse grecque) et de la Planète, c’est au travers de la Rivière de la Vie. Débattre sur la volonté d’Aerith de mourir ou non serait inutile. Bien que je fasse partie des personnes qui pensent qu’elle s’est sacrifiée pour agrandir son emprise bienfaitrice sur la Planète. C’est en effet grâce à son sacrifice qu’elle réussit à prendre le contrôle de la Rivière de la Vie. Cela sauvera la Planète de la destruction engrengée par Jénova. Cloud a donc de son côté un allié de taille qui lui permet de venir à bout de cette aventure de façon victorieuse. La bienfaitrice Aerith sans laquelle Cloud n’aurait -certainement- pas pu arrêter Jénova.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s